Haute Couture

Trier par: Société :
Page 2 sur 3
1 2 3
Giamba

Giamba, la ligne de Prêt-à-Porter de Giambattista Valli, a fait ses débuts en 2014 et a été fondée dans le but d’offrir aux Valli Girls des looks de tous les jours élégants, faciles à porter et pleins de glamour. Le designer romain basé à Paris a étudié à l’Ecole d’Art de Rome et est diplomé de l’Istituto Europeo di Design. Après avoir occupé le poste de Directeur Artistique dans différentes Maisons notamment Emanuel Ungaro, Valli fonde la sienne en 2005 et reçoit l’appellation Haute Couture par la Chambre Syndicale de la Couture peu de temps après. Parmi ses adeptes, il compte Victoria Beckam, Julianne Moore, Diane Kruger, Sara Jessica Parker et bien d’autres.

Consultez son adresse ici.

Giamba

Guo Pei (chinois traditionnel : 郭培, prononciation [ku̯ó pʰěɪ̯], née en 1967) est une créatrice de mode chinoise. Elle est particulièrement connue pour avoir habillé de nombreuses célébrités chinoises ainsi que l’artiste américaine Rihanna lors du Met Ball 2015. Guo Pei est la première créatrice désignée Membre invité de la Chambre syndicale de la haute couture. à être née et à avoir vécu en Asie. En 2016, elle est élue par Time Magazine comme étant l’une des 100 personnes les plus Influentes au mode.

En 2016, Guo Pei est élue par Time Magazine comme étant l’une des 100 personnes les plus Influentes au monde.

 

Mise à jour 4 juillet 2019
* Voir notre dernier article sur GUO PEI FW19-20 Collection Alternate Universe – Ecole des beaux Arts – Paris

Guo Pei - Haute couture
Guo Pei – Haute couture

Invitée d’honneur à la Fashion Week Paris en 2016, Guo Pei a séduit par ses créations fantastiques qui rendent hommage à  la tradition et à  l’artisanat chinois. Et aujourd’hui, elle est sans aucun doute l’une des artistes chinoises les plus reconnues dans le monde de la mode.

Star de la couture en Chine, Guo Pei, 48 ans est repérée l’an dernier lorsque la chanteuse Rihanna choisit de porter sa robe Dragon au Gala du Met à  New York. Un rêve pour la créatrice chinoise qui très jeune, se passionne pour la haute-couture.

Sa sensibilité et sa fibre artistique envers la Beauté et l’Art vont lui permettre de se forger une personnalité rare. En 1997, elle crée ainsi son propre atelier, Rose Studio, à  Beijing et présente de nombreuses créations inspirées de la tradition chinoise.

Mais pour incarner à  la perfection son rêve, c’est à  Paris que la créatrice chinoise s’installe afin de s’imprégner de la beauté et de l’effusion créative qui y règnent ! Sur les pas de Christian Dior, elle investit donc le 68 rue du faubourg Saint honoré se faisant ainsi une place dans le quartier très chic de la capitale française.

Relation Presse :
Jacques Babando Communication

IRFE

Maison de couture fondée à Paris en 1924 par Irina Romanoff et Félix Youssoupoff, IRFE signe des collections élégantes et raffinées à l’esprit des origines royales du couple.

C’est en 2006 qu’Olga Sorokina, ex-mannequin, reprend la Maison pour la faire revivre en mettant à l’honneur son héritage.

Elle installe le studio rue du Faubourg Saint-Honoré et défile pour la première fois à la Fashion Week de Paris en Octobre 2013.

Les créations d’Olga Sorokina sont à son image, urbaines et sophistiquées, et peuvent s’adapter à tout type de femme.

L’idée d’ouvrir sa propre Maison Place Vendôme. Le traditionnel défilé des mannequins commence tard dans la nuit et se termine par un grand bal.

Irina YOUSSOUPOFF qui défile laisse une impression indélébile sur le public parisien plutôt blasé.

Elle est reconnue par ses contemporains comme l’une des plus belles femmes de son époque et l’exemple même de l’élégance et du raffinement. Elle prêtera son allure racée aux créations de la Maison IRFÉ et en deviendra l’image notamment lors de séances photos a vocation publicitaire.

Le succès de la Maison IRFÉ est dû à sa créatrice, Irina ROMANOFF, qui était véritablement une beauté à Paris pendant les années 20. Les mannequins, de belles princesses et comtesses, ont contribué, par ailleurs, à la promotion de la Maison, en parlant de leurs toilettes dans plusieurs langues. IRFÉ ouvrit peu après de nouvelles filiales en Normandie, à Londres puis à Berlin.

Le succès de la Maison permet au Prince YOUSSOUPOFF de développer de nouvelles activités: un magasin de porcelaine YOUSSOUPOFF voit le jour et le Prince participe à la décoration de trois restaurants à Paris.

IRFE
John Galliano

Reconnue pour son univers excentrique, créatif et original, la Maison John Galliano fondée par l’homme du même nom est l’une des Maisons de couture des plus connues au monde. À la tête de la Direction Artistique depuis 2011, Bill Gaytten ex-bras droit du designer John Galliano s’attache à créer des collections qui s’inpirent de l’héritage et de l’histoire de la Maison. Marque des romantiques, des connaisseurs et des passionnés de mode, John Galliano vous donnera une allure assurément singulière.

John Galliano

C’est grâce à un savoir-faire ancestral qu’elle maîtrise parfaitement que Lan Yu ouvre son atelier en 2005. En 2012, grâce à ses études au Fashion Institute of Technology à New York, Lan Yu reçoit le trophée de la créatrice de mode la plus influente d’Asie. Un trophée très convoité remis lors des Asian Fashion Awards. En effet, un an après son entrée au Fashion Institute of Technology de New York en 2008, Lan Yu est entrée dans le top 10 des créateurs de mode chinois. Un classement établi par la réputé China designers Association.

Fière de ses racines et des savoir-faire ancestraux des artisans chinois. Savoir-faire qu’elle préserve dans ses collections tout en y insufflant une pointe de modernité dans le respect des petites mains expertes. Lan Yu créé un « Fond de promotion de l’artisanat » apprenant ainsi aux enfants les plus démunis toutes les techniques de cette culture ancestral. Le but étant, pour Lan Yu, de soutenir les causes humanitaires tout en mettant en exergue son patrimoine culturel qu’est le savoir-faire ancestral des artisans chinois.

 

Markus Lupfer

Markus Lupfer a été diplômé de l’Université de Westminster de Londres en 1997. Avec son style unique et artistique, il a majestueusement redéfinit les basiques. Le succès de sa collection de fin d’année lui a permis de la vendre à la boutique Londonienne Koh Samui. En 2001, il a reçu le prix New Generation Award par la British Fashion Council. Défilant régulièrement à la Fashion Week de Londres, le designer est reconnu pour sa maille espiègle et son approche singulière au jersey et au tailoring. Parmi ses fans il compte Madonna, Beyonce, Rihanna, Cara Delevigne et Olivia Palermo.

Markus Lupfer
Mila Schön

La passion de Maria Carmen Nustrizio pour la Haute Couture parisienne l’a menée à fonder Mila Schön en 1958 à Milan. Ce qui était un simple petit atelier est devenu l’une des Maisons des plus emblématiques de la mode italienne. L’élégance des pièces aux lignes à la fois épurées et géométriques de la “Lady de la Mode italienne” ont séduit le monde entier. Fin 2013, Alessandro de Benedetti a été nommé à la tête de la Direction Artistique de la Maison. L’ancien assistant styliste chez Thierry Mugler Haute Couture a lancé sa marque Experimenti en 2002. Son projet pour la Maison est de célébrer son héritage en lui apportant sa touche personnelle.

Mila Schön
La maison On aura tout vu, implantée à Paris, a été
fondée par Livia Stroianova, André de sà pessoa, et Yassen Samouilov. On aura tout vu habille les Stars du Show-Biz et du cinéma du monde entier.

On aura tout vu couture, maison de couture.

La maison On aura tout vu couture, implantée à Paris, a été fondée par Livia Stroianova, André de sà pessoa, et Yassen Samouilov.
On aura tout vu habille les Stars du Show-Biz et du cinéma du monde entier.

On aura tout vu
23 Rue de Montpensier,
75001 Paris, France

Historique :

1995 : Création de la société asp, pour concevoir et produire des accessoires, broderie, boutons, décors pour des maisons de haute couture (Christian Lacroix, Christian Dior, Givenchy) et de Prêt-à-porter de luxe (Yves Saint Laurent, Guy Laroche, Paco Rabanne, Nina Ricci, Rochas, John Galliano, groupe Garella, Georges Rech)

1998 : La société est rebaptisée On aura tout vu, à l’occasion de l’ouverture du Concept Store “espace on aura tout vu“, qui expose les créations co-créées par les fondateurs et des artistes contemporains internationaux. Première collection d’accessoires, de bijoux et maroquinerie.

2003 : Première collection de prêt-à-porter.

2015 : On aura tout vu se repositionne sur l’accessoire.

2017 : Accord de licence avec le gantier Georges Morand, pour la création, la fabrication et la distribution de gants pour la France et l’international. La maison est elle-même licenciée de la marque Moulin Rouge. Le gantier va donc réaliser également une ligne de gants baptisée Moulin Rouge by On aura tout vu.

Défilés :

Depuis Juillet 2014, On aura tout vu défile en tant que membre invité de la Chambre Syndicale de la haute couture.

André de sà pessoa, Joailler et cristal-designer au Portugal
Livia Stroianova, Diplômée de l’école des Beaux Arts de Sofia, Ecole des Beaux Arts de Paris
Yassen Samouilov, Ecole des Beaux Arts de Versailles, designer de styles et tendances

Consultez l’article concernant le défilé “Under my Skin” PFW Printemps-été 2018

Yiqing Yin

Diplomée de l’École Nationale Supérieure des Arts Décoratifs, Yiqing Yin gagne plusieurs prix notamment celui du “Prix de la création de la ville de Paris” et de l’ANDAM Association Nationale Des Arts de la Mode. Elle devient membre invité officiel de la haute couture dès 2012. Son style au volume structuré est connu pour être gracieux et plein de finesse. Yiqing Yin collabore régulièrement avec des marques prestigieuses comme Cartier, Guerlain et Swarovski.

Yiqing Yin

Yuima Nakazato prouve que la création de vêtements grâce à la technologie 3D a le vent en poupe. Lui qui s’était déjà fait un nom dans la mode japonaise, et au niveau mondial en créant les costumes de scène des Black Eyed Peas et en lançant une ligne masculine. Cela étant, le styliste du pays au soleil levant est reconnu pour son audace !

Aussi high-tech que soit la mode japonaise, le jeune créateur utilise régulièrement une imprimante 3D en vue de combiner chiffres et images de muscles humains. On flirte ici avec la science-fiction. Fini les ciseaux et le tissu, Yuima Nakazato met en avant sa perception de vêtements comme une « extension du corps”. Fréquemment en déplacement à Paris, après avoir laissé son empreinte à l’Antwerp Royal Academy of Fine Arts, belges et français devraient lui demander où est née cette créativité singulière.

L’artiste s’épanouit en choisissant des matériaux transparents similaires à du caoutchouc qu’il faut imprimer en 3D pour permettre aux parties claires de rester souples et malléables. Une ressemblance nécessaire qui anime sa quête d’approcher artificiellement au plus près l’apparence du muscle. Reste alors à colorer ces parties afin obtenir l’aspect désiré. « Nous pourrions même commander une robe d’un designer à l’autre bout du monde et l’imprimer localement une fois les plans envoyés », a annoncé Yuima Nakazato. Aussi fou que cela puisse paraître, une robe peut voir le jour en moins de 24 heures ! Il ne fait aucun doute qu’avec l’amélioration technologique, ce qui s’apparente aujourd’hui à une mode futuriste va s’imposer plus promptement que prévu.

 

Page 2 sur 3
1 2 3
Like this page?