celebrities

Trier par: Société :
Page 1 sur 4
1 2 3 4

Devenu designer de renom en quelques années, Alexandre Vauthier s’impose avec ses coupes précises, structurées et pleines de rigueur. Avant de fonder sa maison en 2009, le français travaille pour Mugler et plus tard pour Jean-Paul Gaultier en tant que Head Designer des collections coutures. Soutenu par la presse et par la Fédération Française de la Couture, il habille les plus grandes personnalités.

Alexandre Vauthier
Balmain

Olivier Rousteing, né le 23 octobre 1986, est un styliste français. Entré chez Balmain en 2009 comme responsable de studio, il devient directeur artistique et se fait rapidement connaitre par ses créations ainsi que son usage important des réseaux sociaux.

A l’âge de 25 ans, Olivier Rousteing succède à Christophe Decarnin au poste de directeur artistique de la maison Balmain. Il supervise désormais le développement des collections femme et homme de la marque. Sa première collection prêt-à-porter pour Balmain est présentée en octobre 2011 à Paris, lors du défilé printemps-été 2012. Vestes structurées à épaulettes, robes cloutées, teintes or et jambes dévoilées règnent sur les podiums. Actif sur les réseaux sociaux, sa popularité est représentée par plus de deux millions d’abonnés sur son compte Instagram. Grâce aux nombreux selfies publiés sur les réseaux sociaux, en compagnie de célébrités telles que le clan Kardashian, Beyoncé, Rihanna et divers mannequins dont ceux de Victoria’s Secret,

Balmain

« Je rêverais d’habiller Hale Berry », confie Christophe Guillarmé. Mais pour le moment, le créateur amoureux de la dentelle peut se contenter de faire venir des « stars françaises » pour son défilé printemps-été 2016 à l’atelier Renault, sur les Champs Elysées. «  Il y a eu 45 minutes de défilé de personnalités ! », s’étonne t-il. Alors que Jada Pinkett (la femme de Will Smith) assistait au défilé Laroche, Christine Lemler, Karine Lima, Louisy Joseph dévoraient des yeux les robes de princesses made by leur ami Christophe.  Assise au premier rang, ( le front row), Emmanuelle Boidron, alias la fille de Navaro, ne cache pas son enthousiasme à chaque passage. Plus discrète, la chanteuse Priscilla, future candidate à Danse avec les stars. Révélée en 2001 à l’âge de 12 ans avec son titre « Quand je serai jeune », Priscilla est aujourd’hui -un peu moins jeune- mais toujours aussi jolie. Sa beauté a attiré plus de photographes que les autres starlettes. De quoi faire pâlir de jalousie les copines… Mais la palme du glamour revient au couple Rachel Legrain-Trapani, Miss France 2007, et son footballeur de mari, Aurélien Capoue. Ce que l’on retiendra surtout, c’est la présence d’Aida Touhiri sur le podium. Une idée folle de créateur de 38 ans : « Aida est une grande amie à moi et elle voulait parler du défilé pour le Grand 8. Je lui ai proposé de jouer les mannequins et elle a immédiatement accepté. Bon… entre nous, elle était très angoissée. Et elle s’en est vraiment bien sortie ! » On n’arrive pas à un défilé comme on va acheter une ampoule LED au rayon bricolage du BHV Néanmoins,  le plus intéressant dans les défilés, ce n’est pas la collection. Mais les fashion victim. Plus stars que les vraies stars. On n’arrive pas à un défilé comme on va acheter une ampoule LED au rayon bricolage du BHV. Tout est pensé. Au moindre détail. Et parfois, le détail vire au ridicule. Heureusement, il ne tue pas ! Mais nous, les gens normaux, sommes morts de rire. Ces squatteurs de la fashion week, ceux qui enchainent les collections de 9h à 21h, vivent dans l’illusion d’un potentiel moment de gloire.  Souvent habillés en mode #JeNeMettraiMêmePasCaPourUnCarnaval, ils ont cette démarche assurée mais tellement épatante. Et ça commence devant l’hôtesse qui a pour mission de s’assurer que cette « créature » est bien sur la liste.  Et gare à celle qui ne retrouvera pas le nom dans un délai respectable. ( Pas plus de dix secondes, sinon, tu passes pour un boloss).  Pendant la Fashion week, le spectacle est partout. Surtout là où on ne s’y attend pas…

« Je rêverais d’habiller Hale Berry », confie Christophe Guillarmé. Mais pour le moment, le créateur amoureux de la dentelle peut se contenter de faire venir des « stars françaises » pour son défilé printemps-été 2016 à l’atelier Renault, sur les Champs Elysées. «  Il y a eu 45 minutes de défilé de personnalités ! », s’étonne t-il. Alors que Jada Pinkett (la femme de Will Smith) assistait au défilé Laroche, Christine Lemler, Karine Lima, Louisy Joseph dévoraient des yeux les robes de princesses made by leur ami Christophe.
Assise au premier rang, ( le front row), Emmanuelle Boidron, alias la fille de Navaro, ne cache pas son enthousiasme à chaque passage. Plus discrète, la chanteuse Priscilla, future candidate à Danse avec les stars. Révélée en 2001 à l’âge de 12 ans avec son titre « Quand je serai jeune », Priscilla est aujourd’hui -un peu moins jeune- mais toujours aussi jolie. Sa beauté a attiré plus de photographes que les autres starlettes. De quoi faire pâlir de jalousie les copines… Mais la palme du glamour revient au couple Rachel Legrain-Trapani, Miss France 2007, et son footballeur de mari, Aurélien Capoue. Ce que l’on retiendra surtout, c’est la présence d’Aida Touhiri sur le podium. Une idée folle de créateur de 38 ans : « Aida est une grande amie à moi et elle voulait parler du défilé pour le Grand 8. Je lui ai proposé de jouer les mannequins et elle a immédiatement accepté. Bon… entre nous, elle était très angoissée. Et elle s’en est vraiment bien sortie ! »

On n’arrive pas à un défilé comme on va acheter une ampoule LED au rayon bricolage du BHV

Néanmoins,  le plus intéressant dans les défilés, ce n’est pas la collection. Mais les fashion victim. Plus stars que les vraies stars. On n’arrive pas à un défilé comme on va acheter une ampoule LED au rayon bricolage du BHV. Tout est pensé. Au moindre détail. Et parfois, le détail vire au ridicule. Heureusement, il ne tue pas ! Mais nous, les gens normaux, sommes morts de rire. Ces squatteurs de la fashion week, ceux qui enchainent les collections de 9h à 21h, vivent dans l’illusion d’un potentiel moment de gloire.  Souvent habillés en mode #JeNeMettraiMêmePasCaPourUnCarnaval, ils ont cette démarche assurée mais tellement épatante. Et ça commence devant l’hôtesse qui a pour mission de s’assurer que cette « créature » est bien sur la liste.  Et gare à celle qui ne retrouvera pas le nom dans un délai respectable. ( Pas plus de dix secondes, sinon, tu passes pour un boloss).

Christophe Guillarmé

Corset et Bustier sur mesure

Corset et bustier à Paris.

Boutique de corsets à Paris :

Loanna Haseltine a grandi dans une petite ville nichée au milieu des vastes étendues de l’Alaska.

Depuis son plus jeune âge, elle a toujours voulu être dans la mode. Elle a étudié la haute couture à Paris par l’intermédiaire de l’École de la Chambre de commerce parisienne où étaient enseignés les styles de différents créateurs tels que: Yves Saint Laurent, Valentino, Issey Miyake ou encore Courrèges.

Loanna est tombée amoureuse du style français, a maîtrisé la langue et a ensuite étudié aux Beaux-Arts pour compléter ses études dans le domaine mode.

Les créations de Loanna Haseltine et principalement ses corsets et bustiers, qui lui ont valu sa renommée, s’inspirent de ses origines dans le Grand Nord, avec des références à la nature, à l’histoire naturelle et à la biologie.

Aujourd’hui, les créations Haseltine sont distribuées partout dans le monde, à Paris, puis Londres, Moscou, aux États-Unis, en Asie, en Extrême-Orient et au Moyen-Orient. Elles sont portées par les personnalités les plus en vue du cinéma, des médias ainsi que des célébrités de la mode.

La marque Haseltine Paris bénéficie d’une réputation solide et croissante de sa clientèle privée internationale et de la couverture de Vogue, Elle, de l’Officiel de mode, de Harper’s Bazaar, de Grazia, de The International Herald Tribune, du New York Times, du Daily Telegraph et du Financial Times, et Women’s Wear Daily.

La créatrice de la marque insiste pour garder son atelier à Paris, en France.

“C’est ici que tout est fabriqué sous notre label. Chaque pièce est entièrement fabriquée à la main ici et peut durer de 15 à 400 heures d’artisan à la création”.

Chez Haseltine, l’équipe n’est composée que de quelques artisans, où chaque personne est indispensable à la production de l’ensemble; et la voix de chacun est importante pour l’intégrité de la marque.

Gabriela Cadena

Née en Amérique Latine, la créatrice new yorkaise Gabriela Cadena a fait ses études de stylisme en Europe. Elle infuse dans ses collections sa compréhension aigue du monde actuel. Ses créations originales sont caractérisées par de riches combinaisons de couleurs, des imprimés et des broderies faites à la main. Gabriela Cadena offre à la femme des silhouettes majestueuses. Ses pièces convoitées ont été portées par Blake Lively, Gigi Hadid et Haily Baldwin.

Gabriela Cadena
Gareth Pugh

Enfant précoce de la mode, c’est à 14 ans que Gareth Pugh débute en tant que créateur de costume. Plus tard, il fera ses classes à la prestigieuse Central Saint-Martins School. Son style avant-garde et atypique attire l’œil des plus grands notamment celui du journaliste Colin McDowell qui le décrira comme “le prince fou de la mode britannique”. Habillant des artistes comme Lady Gaga ou Beyoncé, Gareth Pugh s’exprime dans un univers dark, futuriste et rock.

 

Gareth Pugh

Georges Chakra, né au Liban, est un créateur haute couture implanté à Beyrouth.

Formation :

2 ans d’études en architecture d’intérieur
Diplôme de stylisme mode de la Canadian Fashion Academy
1985 : Création de la marque Georges Chakra.

Au cours des années 80 et 90, l’atelier de Georges Chakra s’adresse à une clientèle locale, puis régionale, pour devenir une Maison haute couture internationale.

Depuis 2002 :

Les collections haute couture Georges Chakra défilent 2 fois par an à Paris.

2006 :

Meryl Streep dans The Devil Wears Prada porte des vêtements de la collection haute couture de Georges Chakra, ainsi que Blake Lively et Leighton Meester dans la série télévisée Gossip Girl.

Février 2009 :

Lancement à la fashion week de New York de la ligne prêt-à-porter “Edition by Georges Chakra”

Clientes célèbres :

Kelly Rowland, Blake Lively, Jennifer Lopez, Carrie Underwood, Zhang Ziyi, Li Bing Bing, Anna Kendrick, Queen Latifah, Mariah Carey, Beyonce, Marcia cross, Helen Mirren, Tyra banks.

Voir Georges Chakra photos >>

Giamba

Giamba, la ligne de Prêt-à-Porter de Giambattista Valli, a fait ses débuts en 2014 et a été fondée dans le but d’offrir aux Valli Girls des looks de tous les jours élégants, faciles à porter et pleins de glamour. Le designer romain basé à Paris a étudié à l’Ecole d’Art de Rome et est diplomé de l’Istituto Europeo di Design. Après avoir occupé le poste de Directeur Artistique dans différentes Maisons notamment Emanuel Ungaro, Valli fonde la sienne en 2005 et reçoit l’appellation Haute Couture par la Chambre Syndicale de la Couture peu de temps après. Parmi ses adeptes, il compte Victoria Beckam, Julianne Moore, Diane Kruger, Sara Jessica Parker et bien d’autres.

Consultez son adresse ici.

Giamba
GILES

Giles Deacon a fondé sa marque éponyme GILES en 2003 après avoir collaboré avec Jean Charles de Castelbajac, la Maison Bottega Veneta et le Groupe Gucci. Le diplômé de la Central Saint Martins School a fait ses débuts à la Fashion Week de Londres en 2004 et a été applaudit pour ses créations espiègles et son style unique aux British Fashion Awards qui le nomme ‘Designer de l’Année’; Plusieurs récompenses s’en suivront. Parmi sa clientèle fidèle, Giles compte Kate Moss, Lily Allen et Gywneth Paltrow parmi d’autres.

GILES
House of Holland

Rendu célèbre grâce à ses t-shirts “Fashion Groupies”, Henry Holland présente sa première collection à la Fashion Week de Londres en Février 2008 sous le nom de House of Holland. Le succès est immédiat. Son esthétisme espiègle, fun et enjoué donne du punch à la mode londonienne et attire les personnalités comme Alexa Chung ou Agyness Deyn.

House of Holland
Page 1 sur 4
1 2 3 4
Alexandre Vauthier
Vote : 5 (100%) 17 vote[s]