Behnaz Farahi est à la fois une architecte et une créatrice de mode interactive. Avec un PhD en Media Arts, elle explore à la fois le potentiel des technologies interactives dans leurs relations avec le corps humain et s’intéresse à l’utilisation des nouvelles en architecture. Sans compter sa passion pour la fabrication additive (l’impression 3D) et les technologies robotiques. Ça laisse rêveur…

(Source SoonSoonSoon)

Behnaz Farahi : une passion pour le design interactif

Behnaz-Farahi-Caress-of-the-Gaze
Behnaz Farahi : créatrice de mode interactive

Pendant mes études d’architecture, j’étais fascinée par la possibilité d’imaginer des œuvres qui ne soient plus seulement statiques mais qui deviennent vraiment vivantes, grâce à la technologie. J’ai commencé alors à prototyper des objets, créant toutes sortes de mécanismes mouvants. C’est comme ça que j’ai commencé à entrer dans la fabrication, en utilisant des systèmes mécaniques pour faire vivre mes créations.

Cela m’a poussée ensuite à utiliser différents capteurs pour créer des systèmes plus complets et autonomes. Et de fil en aiguille, je me suis retrouvée à l’intersection entre architecture et robotique… avant d’embrayer vers la mode interactive !

Je tiens à cette approche multi-disciplinaire du design : robotique, design interactif, informatique mais aussi human computer interface design. Pour moi, il s’agit vraiment de mettre un pied dans chaque discipline pour pouvoir ensuite les combiner et créer des objets ou des vêtements qui me passionnent.

Behnaz Farahi : process créatif et sources d’inspiration

Mon inspiration vient de la nature. Je peux rester des heures à regarder la surface de l’océan. Les plantes et les insectes sont également des sources d’inspiration : ils ont des comportements étonnants en réponse à certains stimuli extérieurs à l’image des feuilles du Mimosa qui se rétractent lentement lorsque vous les touchez, ou des seiches qui peuvent changer la texture de leur peau ou sa couleur. Je suis passionnée par l’étude des systèmes naturels.

Ce qui est intéressant aujourd’hui, est de repenser ces mécanismes à l’aune de l’impression 3D, qui nous permet de créer des matériaux capables de calquer les comportements de la nature.

Votre dernier projet, Caress of the Gaze, questionne le regard des autres en intègrant de l’interactivité et de l’impression 3d. Racontez-nous

Caress of The Gaze est une cape recouverte d’aspérités imprimées en 3D. Ces dernières réagissent au regard de la personne qui la fixe, et bougent en fonction du mouvement de ses yeux. Elle m’a été inspirée par les peaux d’animaux tels que les serpents ou les poissons. Ce vêtement utilise les différentes caractéristiques des matériaux selon les endroits, allant de la raideur à la douceur. L’idée était de créer une peau artificielle qui deviendrait une extension de notre peau naturelle, tout en offrant de nouvelles possibilités d’interactions entre notre corps et son environnement, et notamment avec le regard d’autres. Avec Caress of The Gaze on peut littéralement sentir le regard de l’autre sur le vêtement.

Le challenge a été de répondre à la question du comment. Nous avons donc exploré le potentiel des imprimantes 3D multi-matériaux, qui permettent la fabrication de matériaux composites dotés de flexibilités et de densités variables. Grâce à elles, on peut combiner des matériaux aux propriétés différentes en une seule impression.

Lire l’intégralité de l’article >

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Behnaz Farahi : créatrice de Mode interactive
Notez cette page : 5 (100%) 17 votes

Articles similaires